70 logements collectifs sociaux et privés à Ormesson-sur-Marne (94)

réalisation mars 2020

Programme
70 logements collectifs dont 35 logements sociaux et 35 logements en accession privée et un parking enterré sur 1 niveau de 98 places,    Av. Pince Vent, rue des Cantoux

Maître d’ouvrage
Immobilière 3F / INTERCONSTRUCTION
Equipe 
MDNH Architectes,
EVP, AXIO et WOR
Site  Ormesson-sur-Marne (94)

Mission  complète
SDP 

4700 m²
SHAB 
4221 m²
Coût  7,94M€HT

Performances environnementales
NF HABITAT HQE
RT2012 -20%
Calendrier

Livraison mars 2020


NF HABITAT HQE

RT 2012   -20%


BIM

Dans le cadre d’une politique de la Ville ambitieuse pour le logement, la ville d’Ormesson-sur-Marne souhaite augmenter son offre de logements sociaux et privés dans le quartier des Cantoux qui se trouve en entrée de ville, à l’Est de la commune, le long de la RD 111. Cette opération amorce la régénération du tissu pavillonnaire planifiée avec une future ZAC qui s’étendra au Nord-Ouest de la parcelle.

Notre projet s’inscrit dans cette dynamique en intégrant les caractéristiques du quartier existant et futur, tout d’abord par le respect de la fi che de lot et des volontés de la Ville, ainsi que du PLU :

- Le programme I3F s’installe sur la partie Est du triangle, occupant un linéaire important de l’avenue Pince Vent et de la rue du Cantoux, celui d’Interconstruction est aligné à la rue des Perdrix à l’Ouest.

- La parcelle en triangle s’adresse à trois rues et à trois ambiances urbaines, et offre trois accroches sur le contexte à chacun de ses angles : avenue Pince Vent, route départementale bordée d’un rideau de grands arbres au Sud, rue des Perdrix qui sera intégrée au futur quartier, et rue des Cantoux en limite du quartier pavillonnaire.

La prise en compte de ces situations a dicté l’implantation et les différentes hauteurs des volumes des bâtiments.

- Un front bâti est constitué sur l’avenue Pince Vent, protecteur pour le coeur d’îlot et les pavillons au Nord, et structurant pour l’espace public. Faisant face aux grands arbres, les logements s’ouvrent au Sud.

- En entrée de ville à l’Est, le traitement de l’angle bâti se rapproche de l’échelle d’une grande maison, par un découpage du volume, l’affinement du gabarit et la mise en évidence de la forme du toit. D’une façade plus lisse côté départementale, on passe à une échelle plus domestique en relation avec le tissu pavillonnaire, avec des balcons, une toiture à double pente visible sur la pointe de pignon, un revêtement de façade en pierre…

En continuité sur la rue des Cantoux, le bâtiment s’efface complètement pour ne devenir qu’un socle en pierre à la hauteur du RDC accompagnant le piéton et largement végétalisé sur son toit.

- L’angle vers la ville à l’Ouest est un pendant au précédent, avec une affirmation plus urbaine, tout en retrouvant les mêmes éléments architecturaux : balcons, toiture à double pente et pierres.
- Le long de la rue des Cantoux, nous avons privilégié un impact minimal des nouvelles constructions en les limitant aux accroches des angles sur les rues adjacentes et au socle RDC. Une large ouverture sur le coeur d’îlot est ménagée entre les deux programmes, ce qui renforce la mise à distance des bâtiments par rapport au voisinage.

Une forte présence végétale est favorisée par la végétalisation du socle RDC et des jardins de coeur d’îlot, ainsi que par l’aménagement de l’espace vert à rétrocéder le long du trottoir.